Une journée chez SINGA – #MySingaDay-2

Même si vous n’avez pas encore lu ma première chronique #MySingaDay, ce n’est pas grave. Elle disponible ici sur mon blog. Je raconte une journée normale à Kiwanda avec l’équipe de SINGA. Il s’agit de ma permanence hebdomadaire. Chaque mardi, comme tout les jours, il se passe des chose intéressent ici. Cette foi-ci j’écrit un peu tardivement car j’ai fini ma journée de mardi vers minuit et le lendemain, ça veut dire hier, j’enchainais les rendez-vous.

Aghâ Masoud

 

Comme tout les mardi matin, dès votre arrivez à Kiwanda, vous risquez de voir un jeun homme très poli et calme. Massoud est iranien et donc persanophone. Il vient chaque semaine au secours de l’équipe de SINGA pour la traduction du persan vers le français et jouer le rôle d’interprète pour les persanophone qui fréquente Kiwanda. Une personne réfugié lui-mêm, Massoud est actuellement libraire au Tiers mythe, (au 21 rue Cujas) l’une des meilleurs librairie de Paris spécialiste de l’Afrique du nord et l’Asie de sud-ouest. (En Europe on connais ces deux régions sous le nom du Moyens-Orient. Une appellation vague qui veut rient dire sauf rappeler la vision euro-centrique d’un passé colonial.)

Tous à table

Déjeuner à Kiwanda

Le moment de déjeuner c’est toujours un moment conviviale à Kiwanda. Nous sommes nombreux. Une trentaine voire parfois double. On est répartie dans les différents coins de l’espace commune. On parle de tout : de la dernière film qu’on a vu, les analyses des séries qui viennent d’être diffusées, des informations sur les différents pratiques dans les différent coins du monde etc. Mais ma partie préféré c’est quand Sarah raconte ses anecdote. Elle est maitresse de narration. Elle est capable de raconter une histoire ordinaire d’une manière captive qui vous donne envie de la suivre jusqu’à la fin.

Calm est un miracle

Répondant des mails, je vois l’équipe de programme CALM de SINGA en train de négocier avec l’un de nos partenaires. Vincent Berne, patron de CALM est exceptionnelle dans son travail. Avec son équipe, ils ont arrivé aux résultats extraordinaire. Saviez vous qu’un hébergement chez les habitants économise plus de 8 € par jour pour l’Etat. Et que en même temps environ 40% des personnes réfugiées participant dans ce programme s’intègrent au marché de travail pendant cette période que dure jusqu’à de 6 à 12 mois. Alors que le duré moyen pour une personne réfugié pourrait aller jusqu’à cinq ans.

Anna est ici. Et vous ?

Je croise Anna, une experte en accompagnement de recherche de financement. Quand mon projet Lettres Persanes était incubé dans l’incubateur de SINGA, Finkela, elle nous a aidé pour préparer nos dossier de demande de financement. Depuis, elle accompagne les projets incubés. Mais elle a beaucoup d’idées et de pistes pour financement de SINGA. Elle est experte en la matière. Je la présente à Guillaume (co-fondateur et directeur international de SINGA) et à David, (directeur général par intèrime) et à Hamze (ancien président de SINGA et actuel membre du CA qui a passé cette journée à mes cotés). Anna est prête pour revenir bientôt avec différente pistes. Et vous ? Avez vous des idées ? N’hésitez pas à nous en partager. En tous cas, je suis à votre disposition les mardi. Pas besoin de rendez-vous. 😉

Vient mett uour buddy

Anna est venu à Kiwanda aussi pour assister à la soirée « Meet Your Buddy Finkela« .  Les membre de la communauté ont venu retrouvé 14 nouveaux projets incubés chez Finkela. Les projets qui vont bénéficier pendant 6 mois d’ateliers de formation, de suivi individuel, mais aussi de mise en relation avec des buddies, experts ou mentors pour les accompagner dans la création de leur entreprise ou leur associations. Voilà un moyen que vous pouvez vous engager dans la communauté. Vous allez vivre des expériences géniale et en plus, vous participer à la naissance ou au développement d’un projet entrepreneurial.

La soirée s’est terminé vers 21h30. Alix, membre de l’équipe de Finkela et l’organisatrice (avec Camille) de la soirée est la dernière personne qui quitte Kiwanda, à 22h, en vélo. Sa soirée était une grande réussite. Nos entrepreneurs était contents, comme leurs buddys.

J’ai un dossier à terminer. Je reste donc jusqu’à minuit. Je ne vois pas le temps passer. J’ai hâte d’un autre mardi.

 

à lire aussi : Nous sommes tous des réfugiés, dans une société de migration 

 

In this article

Join the Conversation